Entraînement course à pied, séance PPG

Pour préparer ma Saintexpress, (vidéo de la course ici) durant 3 mois, j’ai, chaque matin effectué de la PPG maison, 30 à 50 squats avec un moellon de 5 kg sur le dos « il est fouuuuuuu », si vous ne l’avez pas dit, vous le pensez bien fort !
La PPG, c’est de la préparation Physique Généralisée.

La PPG « maison »

Pas assez de fessiers, pas assez d’abdos, ça je le sais depuis longtemps, pour preuve, mes abdos pas du tout assez costauds laissent apparaître au fil des ans, un petit « bidon » à leur place, travail assis toute la journée aidant à ce phénomène. Travailler assis, ça a ses avantages, mais malheureusement aussi quelques défauts « snif, snif ».

En 3 mois, j’ai vu les progrès grâce à mes squats, j’ai senti que je prenais un peu plus de muscles dans les fesses.

Mais le gainage, les séances de PPG ???, je ne sais pas vous, mais moi, je ne suis pas très motivé pour en faire à la maison« de la PPG ? Je préfère aller courir, moi » !
Depuis le début d’année, je me fais quelques exercices, pas plus de 5 min, 2 à 3 fois par semaine, mais ce n’est pas avec ça que je vais me tailler un corps d’athlète.

Depuis plusieurs mois, à mon club de Bourgoin-Jallieu, le jeudi soir, se pratique une séance PPG (Préparation Physique Généralisée) avec aux commandes une personne qui s’y connaît bien dans le domaine, prénommée Mag.
Oui mais moi, j’ai une bonne excuse, le jeudi, je finis toujours à 19 h 30, donc impossible de m’y rendre, « ohhh c’est bête » !
Et là, ce jeudi, exceptionnellement, je termine à 18 h, occasion inespérée d’aller voir ce qui se pratique. Vite fait bien fait, le sac est dans la voiture et j’arrive juste pile poil pour le début de la séance.

Certains vont s’échauffer dans la salle, bien au chaud, d’autres dont je fais partie, préfèrent braver le froid (-5°C tout de même) pour effectuer quelques tours de piste. C’est que vous comprenez, nous on est des vrais, des durs (hihiiiii).

Echauffement terminé. C’est parti pour la PPG et pour commencer, Mag nous a préparé plusieurs exercices de « travail de la foulée ».
On passe en courant pas dessus des plots, au dessus de petites haies ou bien encore en faisant des foulées dans des cerceaux.
Super, ça chauffe bien la mécanique et on s’applique à avoir une foulée bondissante avec toujours en tête une prise d’appui sur l’avant du pied avec un impact au sol le plus court possible.
Et aussi quelques montées de genoux et les traditionnelles « talons fesses ».

On rentre dans la salle, les tapis de sol nous attendent et c’est parti pour différents ateliers, je suis le petit nouveau, les autres ont l’habitude des séances et donc je veux être à la hauteur de mes copains.
On est 11, je tiens à préciser que grâce à moi, le record de participants a été battu (ouai, chouette, on est champions du Monde !!!) !

Alors comme on est 11, Mag organise 11 ateliers et on tourne toutes les 30 secondes pour exécuter chaque atelier.
Il y a des ateliers pour travailler la chaise, vous savez celui ou l’on est adossé à un mur, assis comme sur une chaise… mais sans la chaise (je reviendrai plus bas dans l’article sur cette chaise). Mais aussi des ateliers avec des poids pour travailler, les épaules, pour faire des fentes, pour faire des pompes, pour réaliser des exercices « bondissants »,  ou bien encore, sur un marche pied, en appui sur une seule jambe, faire des flexions sur cette même jambe et laisser l’autre jambe dans le vide.
Bref comme je l’ai déjà dit 11 ateliers et certains vont nous faire monter le cardio « grave de chez grave » (pour parler comme les jeunes).
C’est parti, 30 secondes, c’est facile, ce n’est pas long, j’attaque pied au plancher. Et hop on tourne, on enchaîne et au bout de 5 min 30 nous en avons fini de tout ça. C’était fastoche, enfin presque. Je dois reconnaître que ma souplesse légendaire me pose problème sur certains exercices. « Et oui, être raide comme un piquet, ça complique les choses ! » Je me rends bien compte que c’est physique, voire très physique une séance de PPG, pour preuve la transpiration que je remarque sur mont front mais également le manque de souffle sur certains exercices.

La PPG « pffff » c’est pas facile !

Tout est préparé avec minutie, Mag nous explique, et nous exécutons sous son œil bien « surveillant » qui n’hésite pas à nous corriger si l’exercice est mal fait, ou a nous féliciter également.

Et là, à cet instant, je comprends que la soirée va être très difficile, lorsque Mag nous annonce une 2ème série de ces 11 ateliers, mais cette fois, c’est 45 secondes pour chacun.
« La vache », j’essaye de montrer de l’assurance, mais je me pose la question « mais pourquoi je suis venu ??? ».

Au début, sourire aux lèvres et ensuite beaucoup plus dur la PPG !

Et c’est reparti, et c’est dur, très dur, je finis au bout de 8min 20, totalement sur les rotules.
Je finis par l’exercice de la chaise, le fameux que tout le monde connait, mais cette fois il a été agrémenté par un poids de 5 kg sur les cuisses. Et finir par ça alors que les muscles ont bien morflé, ça devient « tétanisant », si, si, 45 secondes à sentir les cuisses trembler, à chercher à se cramponner à cette put… de chaise qui n’existe pas.

Jamais je n’aurais fait ça, seul à la maison, et pourtant ces exercices sont faciles à faire.

Après, Mag nous a concocté quelques exercices de gainage, les traditionnels que nous connaissons tous, pendant environ 10 min.
Nous finissons la séance par des étirements et le sentiment du travail bien fait.

Après une telle séance, on se sent bien. Au final 1 h 15 d’effort, mais c’est passé vite, aucune monotonie et a aucun moment je me suis ennuyé alors que chez moi, pffffff, c’est une autre histoire
Le lendemain c’est autre chose et surtout le surlendemain, certains de mes muscles se font connaitre et me font comprendre qu’ils ont bien travaillé, notamment, les épaules, les adducteurs. Car je peux vous dire que j’ai mal et que je suis bien raide.

La PPG ça fait « mal »

Mais finalement, cela m’a beaucoup plu, et vous savez quoi ? C’était cool ! Je vais essayer dans les prochaines semaines, d’aménager mes horaires pour pouvoir aller beaucoup plus régulièrement à la séance PPG du jeudi soir.
Car c’est évident, qu’avec ce travail qui permet de se renforcer, la foulée sera meilleure et donc la course encore plus agréable.

Alors, si vous hésitez, si vous n’êtes pas motivé pour le faire seul et que vous avez la chance de pouvoir pratiquer en groupe, alors GOOOOOO pour la PPG, allez-y, vous verrez comme c’est bénéfique.
En plus, en groupe,on rigole avec les copains, on papote, on passe un bon moment.

1 Commentaire

  1. Mag

    Excellent!! Je constate que tu as bien écouté les consignes pour tes appuis au sol. Pour une 1ere séance tu as été un très bon élève. J espère te revoir rapidement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *