Test de la lampe Run Light de Kalenji

lampe run light Kalenji

Une nouvelle fois, ce n’est pas de la pub, mais une manière de vous faire partager mon expérience personnelle et le matos que j’utilise.

Cette fois, je vais vous parler de la Run light de Kalenji, et j’en pense que du bien ou presque de cette lampe frontale, pardon lampe “poitrail” J . Et oui cette lampe se fixe par un système de harnais sur le torse pas du tout gênant pour courir.

J’ai effectué plusieurs sorties en pleine nuit avec cette lampe pour « voir » ! Et bien j’ai vu, et je n’en crois pas mes yeux (hiiihiiii)

lampe run light Kalenji portée

Les points positifs : un très bon éclairage dès le 1er niveau de puissance, à tel point que je ne vois pas l’utilité des 2 autres positions qui sont plus puissantes mais qui en fait à mes « yeux » n’apportent rien de plus tellement on voit bien et loin…

Franchement c’est de la bombe cet éclairage, un gros plus sur la sécurité, les voitures voyant une forte lumière et ne sachant pas de quoi il s’agit, ralentissent et passent doucement ce qui est appréciable.

Et en plus il y a un éclairage rouge clignotant dans le dos qui est un réel plus indéniable pour la sécurité. Bien évidemment si vous courez avec un sac type camel bag, alors cet éclairage est annulé.

Elle est vendue avec un câble USB pour recharger sur l’ordi, petit bémol,il manque le transformateur pour se mettre sur une prise secteur. Par l’ordi une fois la lampe déchargée totalement, il faut compter environ 4 h pour la recharger au complet

Avant de faire ce petit article, je me suis permis de tester la durée de l’éclairage, plus de 10 h en petite puissance, donc pour un grand nombre d’entre-nous, c’est largement suffisant pour une belle sortie la tête dans les étoiles.

Les points négatifs : et oui il y en a quelques uns quand même.
J’ai été gêné quelques minutes, par le mouvement de mes bras qui crée une ombre sur les extérieurs de l’éclairage, mais je me suis habitué très vite.
Si par contre, vous partez seul dans les bois, l’éclairage peut surprendre du fait de sa position sur la poitrine. Si vous cherchez votre chemin en tournant la tête à gauche ou à droite, l’éclairage ne suit pas, il faut penser à tourner également le buste.
Dans le même genre, si vous êtes sur un terrain bosselé, lorsque vous arrivez en haut d’une bosse, 1er geste automatique, vous baissez la tête pour voir le terrain. Mais là vous ne voyez rien, l’éclairage reste horizontale. C’est gênant quelques secondes car c’est vraiment le trou noir. Il faut pencher le buste pour éclairer et savoir ou l’on met les pieds.

En conclusion : pour le prix, même si il y a quelques défauts, ça ne vaut pas le coup de se priver !

2 Commentaires

  1. fabien

    hello, je penses que cet éclairage est très bien pour running sur route et super en vélo, par contre pas concluant pour du trail type montagne avec parcours accidenté

    sportivement

    Répondre
    1. Ralph (Auteur de l'article)

      Oui, pour courir sur routes ou chemins peu accidentés, c’est parfait. Pour le trail, à vrai dire je vais courir la Saintexpress et je pense que je vais prendre en plus une frontale.
      Pour le vélo, je le fais régulièrement pour revenir de mon travail env élo, l’éclairage est un peu trop près, on à l’ombre du guidon qui se projette sur la route. mais enfin, je roule avec et ça me convient bien.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *