Cross urbain de la Tour du Pin

la tour du pin41ème sur 72 arrivants

8,800 km – 44 mn 05 sec – Moyenne au km : 5 mn 01 sec

Objectif de la journée, le cross urbain de La Tour du Pin avec comme but personnel, courir vite et se donner de la confiance pour l’avenir.

Au programme : 5 tours avec 5 montées de l’église (gloups !!!)

Ce qui n’était pas prévu, mais on est quand même le 21 novembre, c’est la chute des températures qui s’est produite dans nos terres froides ce jour, amenant avec elle quelques giboulées de neige.

Heureusement, pas de neige, ni de pluie pour courir, juste le froid (2°) qui surprend un peu, on a plus l’habitude.

Et puis on ne va pas se plaindre, on est là parce qu’on le veut bien ! Et puis nous, ce n’est qu’un 10 km, imaginez le même jour avec un départ à minuit, se court le raid Le Puy-Firminy, un 68 km avec le temps qu’il fait, vous avez raison « c’est des malades, EUX 🙂 »

Je fais un tour de circuit pour reconnaître et voir que ce circuit ne fait pas 2 km !
On nous annonce 10 km pour 5 tours, mais ça sera plus court.

Départ à 18 h 30 ; peu de coureurs, c’est dommage, tant pis, moi je suis là pour faire ma course et travailler la tonicité et le rythme.
En plus c’est très agréable de courir sur « mes » terres.

Tout va bien, bravo aux signaleurs/bénévoles qui indiquent au fur et à mesure de notre course les petits pièges sur lesquels on pourrait laisser une cheville ou se payer une bonne « gamelle » car oui, un parcours en ville peut comporter, des pièges !

Qui dit 5 tours, dit 5 passages devant les halles où le départ et l’arrivée ont lieu.

5 passages dans la rue piétonne, ce qui pourrait être bien, mais malheureusement en ce froid samedi soir, elle est bien calme.
Merci aux organisateurs pour ce beau parcours au sein de la ville.

Tout va bien pour moi, bon rythme, je tourne les tours tel un métronome, je double un peu, mais hou là là, déjà, je me fais doubler dès le 4ème km (2ème tour !!!) par le 1er qui a déjà une sacrés longueur d’avance sur ses poursuivants.

Moi je continue et tout va bien, je me régale, le cœur tourne bien, pourtant il y a longtemps que je ne lui ai pas demandé de monter dans les tours.

A chaque tour, des enfants sont là, au même endroit et je m’amuse à leur taper dans la main, ils sont contents, j’aime les entendre rire.

La montée à répétition fait quelques dégâts car à chaque tour, je double un peu dans la montée mais surtout dans la descente. Les coureurs cherchent à faire le rythme et à tenir l’allure en montée et du coup ils n’arrivent pas à relancer derrière.

Moi, je gère les montées et accélère en descente et c’est « bon »
Et je suis à l’aise avec mes Hoka qui répondent bien à la demande.

A chaque passage au sommet de l’église, nous avons droit à notre « chouchou » !!!
Non pas la cacahuète caramélisée, mais le petit bracelet élastique que nous devons passer à notre poignet. Certainement pour éviter les resquilleurs qui pourraient avoir tendance à « grignoter » un tour.

Un peu pénible, pour nous les coureurs de récupérer ce chouchou et beaucoup de bénévoles dédiés à cette tâche qui finalement à mes yeux ne sert pas à grand chose, si il y a des tricheurs, et bien tant pis, ils ont leur conscience pour eux, laissez les faire, ils ne font pas partie du même monde !

Fin du 4ème tour, tout va bien même si je commence à sentir l’effort dans les jambes.

A chaque passage devant les halles, les spectateurs nous encouragent, ça fait du bien.

Dernier tour, j’accélère, dernière montée, je tiens le rythme, j’arrive au sommet et je bascule pour doubler encore 2 coureurs, oui mais voilà, l’un des deux m’accroche, cherche à me résister, voire même à me doubler.

Et finalement, je ne peux plus lutter, à 100 m de l’arrivée, il est trop fort, bravo ! A la régulière il me distance de quelques mètres.

la tour du pin

Je finis heureux car très content de mes sensations, dommage nous avons fait que 8,800 km et 160 m de dénivelé.

Pour 13 euros l’inscription, c’est peut-être un peu cher du km, non ???

Mais quand on aime on ne compte pas, cependant un tour de plus et nous aurions été à 10,500 km, ce qui m’aurait beaucoup plu car j’avoue être resté sur ma fin finalement.

Par contre le ravitaillement à l’arrivée était du meilleur effet, avec fruits, jambon cru, boudin, fromage…, de quoi reprendre des forces après l’effort !

Merci au club des Vallons de La Tour Triathlon pour cette belle soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *